Press "Enter" to skip to content

Comment organiser une action humanitaire en entreprise ?

Celui qui a créé le paradis veut que chacun d’entre nous puisse y vivre. Mais contrairement à ce que beaucoup d’entre nous pensent, ce paradis se trouve, selon Prem Rawat [ https://www.premrawat.com/fr ]et d’autres érudits, « dans le cœur de chaque être humain ». Il suffit de le libérer pour que chacun puisse en profiter. Cette libération peut se faire à travers des actions humanitaires en entreprise.

Pour s’assurer du succès d’une telle initiative cependant, une bonne organisation basée sur ces quelques clés s’impose.

Définir le cadre pour commencer

C’est à partir de la direction et du management que l’idée d’organiser une action humanitaire en entreprise à travers une organisation soutenue par la Fondation Prem Rawat ou par une autre organisation doit provenir. Ils devront faire en sorte que leur implication soit perceptible par les membres de leur équipe. Cela leur permet de s’assurer de l’intérêt de ceux-ci à leur projet.

Ce dernier devra ainsi être cadré sur l’entreprise, non pas seulement sur ses dirigeants. Quel que soit cependant le niveau d’attachement aux causes humanitaires, il est faut toujours commencer « petit », avec notamment des projets plus locaux ou extrêmement.

Les valeurs de l’entreprise comme base

Pour avoir une idée sur une première action pour commencer l’engagement humanitaire de leur entreprise, les dirigeants n’ont pas à chercher loin. Il leur suffit de se référer à leurs valeurs. Une entreprise ayant parmi ses valeurs le développement social et le développement durable et le respect de l’environnement n’aura pas du mal à trouver une mission.

Ce ne sont pas les ONG ou autres organismes pouvant leur donner la possibilité de s’engager dans une mission d’éducation dans les quartiers défavorisés de Buenos Aires ou de contribuer financièrement et en ressources humaines à des éducations pour la promotion de l’agriculture durable et sociale en Thaïlande qui manquent.

Soumettre des propositions d’action

Même s’il est facile d’obtenir l’implication des employés, il est toujours recommandé de les mettre au cœur de la prise des décisions. Les dirigeants ne devront donc pas hésiter de leur proposer diverses actions. Ces dernières sont réparties en trois catégories. La première catégorie comprend de différents engagements financiers prenant, entre autres, la forme de collecte de fonds, de don de RTT, d’épargne salariale ou d’arrondi sur salaire.

La deuxième est constituée par les dons en nature : vêtements, jouets, sang, etc. Le troisième type d’action est celui qui fournit le plus de satisfaction parmi collaborateurs attachés à une cause humanitaire : le don de compétence, qui peut prendre la forme d’un mécénat ou d’un bénévolat.

Que faire en cas de réticence d’une bonne partie des salariés ?

L’engagement dans une action humanitaire devra être basé sur le volontariat. Cela ne veut cependant pas dire qu’il ne faut pas chercher à convaincre les collaborateurs réticents. Il est à noter que c’est souvent dans le middle-management qu’il y a de résistance, les nouveaux managers voyant souvent de mauvais œil le fait de libérer quelques membres de leur effectif pour réaliser un mécénat de compétences.

Dans ce cas, il importe de leur faire un exposé des avantages managériaux qu’ils peuvent tirer d’une telle action humanitaire, sans oublier de mentionner l’impact positif pour chaque engagé du fait d’aider les autres. Rien n’interdit par ailleurs l’initiateur du projet à faire venir des associations pour appuyer ses dires.

Comments are closed.